Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

TUTTI
tutti

TOUTE MA MUSIQUE BLACK.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- TINA TURNER
- QUIZ.2
- JAZZ WOMEN
- QUIZZ MUSICAL WHO IS
- LUTHER ALLISSON
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- TINA TURNER
- JAMES BROWN IS DEAD
- BRENTON WOOD
- CHARLIE PARKER
- SPENCER WIGGINS

BLOGS FAVORIS
1.Tutti
Ajouter tutti à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- film streaming
 BB King Part to Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Maintenant que des évènements franco-français m’ont occupé pendant cette dernière période, je reprends ma longue histoire de la Musique Black.

Après une première partie concernant BB King, je voudrais terminer avec cette figure mondiale du Blues qui a su s’accommoder de la Pop Rock.

Ce monstre de la musique noire est un as du falsetto une technique qu’il maîtrise à la perfection, ainsi il chante certaines phrases sans un registre plus aigu qu’au naturel, une voix de tête qui en fait sa marque.

Son histoire est lié à celle de sa guitare Lucille( qui n’a rien à voir avec un titre de Little Richard) Elle remonte à 1949 où un soir de tournée une bagarre entre un couple éclate qui renverse un poêle à Kérosène qui enflamme le bâtiment en entier.

 L’héroïne du drame s’appelait Lucille et c’est en son souvenir qu’il nomma sa guitare. Elle fuit suivi par des tas d’autres. C’est la marque Gibson qui consacra ce nom en sortant une gratte électrique baptisé du même nom. Il est le troisième à avoir laissé son nom accolé à une guitare après Les Paul et Atkins.

Son style particulier outre son falsetto et également son vibrato sera repris par nombre de héros guitar. Comme Eric Clapton. C’est pourquoi je vous propose d’écouter un long extrait de son duo avec ce grand guitariste blanc. « Rock My Baby » Sans être méchant, en entendant Eric essayer de se mettre à la hauteur je trouve cela assez pathétique.

 

Pour « flatter » le public français il faut signaler que BB King fut un admirateur de Django, dont il étudia les moindres mesures de ses morceaux.

La prochaine fois on continue avec un autre King Albert celui-ci une autre grande pointure.

 

P.S Qui n’a rien à voir et qui ne regarde que moi et mes proches qui pourraient lire ce blog, j’ai deux place pour Solomon Burke en Juillet. Na !

  Lire les 1406 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 20-06-2007 à 17h32

 KING SOLOMON BURKE France 2007 Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Ma fille pour mon anniversaire a eu la très bonne idée de chercher sur internet un concert qui saurait me plaire. A travers Mireille Mathieu et Annie Cordy, elle dénicha un concert d’une grande pointure de la soul, de la vraie, du R&B en comprimé, je veux parler de ce bon vieux Solomon Burke. Que vient–t-il faire ici ce monstre de la black music avec son orchestre et un back room au complet ? Mystère de la production.

King Solomon Burke (son nouveau titre le « king » de la Soul) était donc en France à Sète à quelques kilomètres de chez moi, pour ne pas dire exprès pour moi, un de ses admirateurs de la première heure de la distribution de ses disques en France.

J'ai ici-même parlé de ce monsieur

 http://tutti.allmyblog.com/27-solomon-burke.html

 Donc vers 22 heures, après un groupe régional de jazz/world un peu casse/bonbons (C’est mon opinion et je la partage), et un aménagement colossal de la scène à l’hollywoodienne : trône du King et fleurs à gogo, Burke apparaît sur un fauteuil. Un véritable hippopotame sur une chaise roulante, le tout dans la pénombre que je capte tout de même avec mon magnétoscope. Toutes les rampes font alors feu et debout pour quelques secondes Solomon-le-Magnifique salue la foule. On le rassied péniblement. Cet homme qui doit approcher les 65 balais, souffre d’une obésité exceptionnelle.

 Et soudain la voix s’élève, peut être un peu plus chaude qu’auparavant, mais intacte, c’est 'Cry to me' qui enflamme le public, connaisseur ou pas, en quelques instants.

« Théâtre de la Mer Jean Vilar » sur la corniche de Sète.Un endroit idéal pour les concerts, la scène par exemple est au raz de la salle, qui au bout d’un moment, à l’appel de Burke la foule envahit l’espace qui la sépare de lui. Pendant deux heures le maître va faire le tour des standards de la Soul, allant de ses balades à Proud Mary, titre  immortalisé par Tina Turner, des tubes repris en choeur par un public plus que chaud. Stupéfait, Solomon entend un gamin reprendre l’un de ses refrains, il l’invite aussitôt près de lui et lui passe le micro et chante ensemblei. Moment émouvant où l’on aperçoit chez Solomon un vrai plaisir de chanter. Impossible de l’approcher, il est entouré de monde, je le filme du mieux que je peux jusqu’à ce qu’un vigile m’ordonne, sur instruction de la orduction d’arrêter de filmer. Surprise de Solomon qui me fait signe de continuer et mieux encore, fait signe à ma copine, emballée par le spectacle, d’approcher de lui pour lui remettre un rose.

 C’est quoi la vie ! Cela fait plus de trente cinq ans que j’adore ce type et en trois minutes c’est ma copine (qui ne le connaissait que par moi) qui hérite d’un instant unique : attirer l’attention de ce type. Bon c’est la même famille, mais tout de même ! D’ailleurs si par bonheur je pouvais assister à un concert de Little Richard et que la même scène se reproduisait, illico je lui pète un pied !! (Pas au King Of The Rock, à ma copine) Non mais !.

 Deux heures de bonheur, une nuit magnifique au pied du cimetière où est enterré Paul Valery, qui devrait profiter lui aussi de la soul, interprétée par ce pasteur de je ne sais plus qu’elle église, probablement la sienne, car ça n’arrive pas tous les jours.

Bon comme je ne suis pas égoïste je vous propose d’écouter son premier tube. (Pour mes images c’est au montage, pas facile avec un caméscope DVD) « Cry To Me »

  Lire les 885 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-07-2007 à 17h07

 ALBERT KING Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 

Albert King de son vrai nom Nelson a bouleversé le jeu de guitare dans le monde du blues. Son jeu  "upside-down » consiste à chanter entre les solos. De plus il a appris à jouer à l’envers puisque gaucher et continue sans raccorder sa Gibson la très célèbre Lucy, ce qui explique sa différence dans la tonalité, puisqu'il abaisse les cordes que la plupart des joueurs soulèvent. Ce qui a influencé le style d’Otis Rush Robert Cray, Eric Clapsons, (Qui a copié le solo de guitare avec les Creams, «Strange Brew) Ray Vaughan et surtout Mike Bloomfield. Il est né dans le Mississipi en 1923 ou 24 et dès son plus jeune âge il joue de la guitare sur une boite de cigare, comme beaucoup de pauv’nèg’.

Comme tous ceux qui font partie de ma liste il jouera dans les églises, plus tard il accompagnera dans les gospels, notamment avec « thé Harmony Kings » Il fut influencé par Blind Lemon Jefferson, Lonnie Johnson, Elmore James, Robert Nighthawk et beaucoup d’autres musiciens. En 1950 il jouera avec « the T-99's house band et « thé In the Groove Boys » au départ dans des boites de nuits et pour des stations de radios (noires il va de soit). En 1953 il accompagnera Jimmy Reed célèbre bluesman harmoniciste. C’est alors qu’il adopta le surnom de King en hommage à BB dans "Three O'Clock Blues » Puis il jouera avec Willie Dixon, incontournable joueur de blues et de R&B. Il enregistrera chez Parrot Records 5 titres dont "Be on Your Merry Way" / "Bad Luck Blues," En 1954, il laisse tomber et rejoint ses copains en Arkansas jusqu’en 1956 où il part pour St Louis, la capitale du blues. Il se produira dans un groupe local dans les clubs de la ville. En 1959 il signe avec Bobbin Records et enregistre pour la première fois en petite formation, dont un piano, des blues typiques du Delta et de Chicago C’est dès lors qu’il jouera de la guitare en solo, comme dans  "Don't Throw Your Love on Me So Strong"(1961) qui s’inscrit dans les charts à la 14 ème place (Chess records) Puis c’est avec Stax qu’il signe en 1966 où il enregistrera avec Booker T & The MG’s. On peut écouter les fameux "Laundromat Blues" (1966) et "Cross Crut Saw" (1967), "Born Under a Bad Sign" (1967) auTop 50.  Du nanan. Et c’est alors que maintenant célèbre, en honneur à Elvis Presley et pour faire du pognon pour sa maison de disque, qu’il enregistre un album entier de chansons d’Elvis « (Blues for Elvis. Albert King Does the King's Things) avec Steve Cropper lui-même. Ensuite il entamera une tournée européenne, puis retourne en studio en 1971 pour enregistrer un nouvel album. En 1972 c’est avec The Bar-Kays qu’il grave « I'll Play the Blues for You » un album très Funk et R&B. Stax on le sait, connaît alors de sérieux problème financiers et les stars émigrent vers RCA et autres majors pour continuer à travailler. Albert King comme beaucoup de vedettes noires à oeuvrer pour la cause noire, c’est ainsi qu’il a joué le 28 janvier 1973 dans une église de baptiste de blanc à Jackson, pour la première fois alors que les noirs y étaient interdits

 Albert King signera avec Tomato en 1978 pour de nombreuses années avant de signer avec Fantasy en 1983 qui sortira deux albums. Comme beaucoup d’autres dans les années 80 il quitte le circuit du disque et continue à se produire en concert en Amérique et en Europe.

Ce grand monsieur du blues est mort en décembre 1992 d’une crise cardiaque.

Comme je suis fan et d’Elvis et d’Albert King (entre autres) je vous propose d’écouter un blues (malheureusement un extrait) je dirais un slow unique à écouter et pour draguer, succès assuré, en version complète il dure plus de 5 mn !). Il est dédié à Sabine une copine qui se reconnaîtra. Je sais cela fait un peu variétoch, mais promis demain je vous ferais entendre du vrai blues de chez blues avec ce King. En attendant que je parle de l'autre et dernier : Freddie

 

 

  Lire les 1397 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-08-2007 à 13h56

 ALBERT KING II Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Puisque je vous le disais sans mon précédent post. Il faut écouter donc ce grand bonhomme de la musique américaine, qui je le rappelle, est au centre de ce blog. J'essaie de suivre une ligne directrice et hésite à me disperser mais cela m'est toujours difficile, notamment lorsque nous apprenons le décès d'un grand batteur du Jazz, Max Roach. Nous verrons plus tard lorsque ayant atteint un âge avancé je parlerais du Jazz pour les d'jeunes.

Donc revoici Albert King qui interprète un des morceaux que je préfère. Je ne parle pas de sa voix dans les médiums qui est remarquable. Pour les autres plages que j'énumérais, il suffit de faire un petit tour sur les Peer To Peer (Jusqu'à quand ?) ou de m'adresser un mail pour que je vous prête le mocrceau choisi si il est dans mes cartons.

 « Love me Tender » que vous pouviez écouter dans le premier article que je consacre à ce bluesman, m'est cher, car c'est sur ce disque que…enfin bon, j'me comprends. « Le meilleur dans l'amour , c'est lorsque l'on monte l'escalier » disait Clemenceau, dommage pour lui qu'il n'est connu ce blues ou d'autres et cet instant fantastique où les mots ne veulent plus rien dire (écoutez « Take Me » de Solomon Burke, ou bien encore « Still in the Night » de Sam & Dave. J'en passe et des meilleurs encore.

Après ce petit intermède sur ma vie privée qui n'intéresse personne, sauf la personne en question, qui, il y a gros à parier ne se rappelle certainement plus de cet instant, maispeut être de la suite j'espère.

Voici un extrait de 2 mn de « Laudromat blues » une petite perle..

  Lire les 1453 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 31-08-2007 à 17h11

 FREDDY KING Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

De tous les Kings c'est certainement le moins connu et pourtant un des plus grand blues singer qui a eu le tort de mourir trop à 42 ans d'une crise cardiaque lui aussi en 1976 et des suites d'une hépatite sur scène à Dallas le jour de Noël 1976. Ce qui explique son absence relative dans le monde du blues d'aujourd'hui. Ses maîtres en la matière furent BB king-le patron- et Albert, mais qui ne font pas partie de ses relations directes. Mais c'est Howlin' Wolf qui le sortira de l'anonymat.

Trois larrons en foire dans le monde du blues, qui furent les modèles communs à toute une ribambelle de bluesmans et compris les chanteurs de variétés blancs. Eric Clapton par exemple lui doit beaucoup, ainsi que Keith Richards, (le rock anglais en général) qui reprirent ses chansons comme « Have you ever loved a woman » ou « Hide away ». Par contre son chant qu'il développa plus tard, en 1960 et son jeu de guitare sont très différents de ses influences et sont reconnaissables.

Freddie King travailla avec de nombreuses maisons de disque : Chess, Federal, Atlantic. Son dernier album produit par Eric Clapton sera enregistré chez RSO Records en 1974

 Il débuta sa carrière avec deux harmonicistes de ses copains et il grave son premier 45 tours en 1956 pour un petit label local (El-Bee). Il quitte son emploi pour se consacrer entièrement à la musique en 1958. C'est en 1960 que Freddie King rencontre le pianiste Sonny Thomson qui formera avec Bill Willis à la basse et Philip Paul à la batterie la formation principale avec laquelle il réalisera l'essentiel de sa carrière et notamment « Hide away » son plus gros tube qui sort des entiers battus du blues traditionnel. Nous entendrons un extrait de son tube « Standing ine the Crosroad »

 

  Lire les 1519 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 04-09-2007 à 15h47


|<< <<<  10   11   12   13   14  | 15 |  16   17   18   19   20   21  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-01-2006 à 17h45 | Mis à jour le 01-07-2015 à 17h43 | Note : 6.65/10