Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

TUTTI
tutti

TOUTE MA MUSIQUE BLACK.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- TINA TURNER
- QUIZ.2
- JAZZ WOMEN
- QUIZZ MUSICAL WHO IS
- LUTHER ALLISSON
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- BRENTON WOOD
- TINA TURNER
- JAMES BROWN IS DEAD
- BRENTON WOOD
- CHARLIE PARKER

BLOGS FAVORIS
1.Tutti
Ajouter tutti à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- film streaming
 ARTHUR " BIG BOY" CRUDUP Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 LE BLUES

Pour commencer une nouvelle rubrique consacrée cette fois-ci au blues, il me fallait bien commencer par quelqu'un. Toujours dans l'idée de souligner les interdépendances entre toutes les sources de la black music, je pense pouvoir débuter avec Arthur « Big Boy » qui pour certains est un des créateurs du R&Roll. Je veux bien, mais ils sont si nombreux ces créateurs que je m'y perds un peu. Certes Elvis a fait d'un hit de Crudup "That's All Right Mama un véritable tube mondial, mais au prix d'un 'retouchage' qui sans être nul ne vaut pas l'original. Il en enregistrera deux autres "So Glad You're Mine," et "My Baby Left Me ». 

 Arthur Crudup, ce grand bluesman est né en 1905 à Forest dans le Mississippi et ne débuta sa carrière de guitariste que vers l'âge de 30 ans. Il ne fut pas un grand virtuose, mais un instrumentiste efficace, un chanteur et un créateur qui marquera l'histoire de la Black Music.

 Au début des années 40 il arrive à Chicago et connaît des temps très durs comme tous ses copains bluesmen. Il travailla pour gagner à des petits boulots, et deviendra même clodo, lorsque un généreux donateur qui lui filait la pièce l'entendit jouer. Ce type était Lester Melrose le puissant producteur de RCA qui l'invita à se produire au 'Tempa Red's' un lieu fréquenté par toutes les grosses pointures : Bio Bill Bronzy, lonnie Jonson et Lil Green, une bande dure à impressionner mais que Crudup surmontant son trac a séduit, et en septembre 1941, il était un artiste de RCA. En 1942, il enregistre "Mean Old Frisco" qui est un des tout premiers blues joué avec une guitare électrique.

 Son succès débuta dans les années 40 avec "Rock Me Mama," "Who's Been Foolin' You," "Keep Your Arms Around Me," et "Ethel Mae. Crudup est resté un employé fidèle et prolifique de Victor jusqu'en 1954, mais une baisse de ses ventes l'obligera à faire autre chose. Souvent perdu dans tout ce remue ménage entourant le succès d'Elvis, il n'en continua pas moins son bonhomme de chemin.

 En 1961, Crudup enregistre après un long silence, un album chez Delmark et prouvera qu'il n'avait rien perdu de son talent. En effet une nouvelle carrière débutait ; Après avoir travaillé dans l'intérim et dans divers boulots de la ferme, il commence à gagner un peu plus décemment sa vie, jouant dans les blues festivals et autres réjouissances folkloriques, jusqu'à sa mort en 1974. Mauvais gestionnaire ou filouté par les maisons de disques de ses droits d'auteur, comme beaucoup de ses compatriotes, et en particulier les bluesmen, il est mort sans un sou.

 J'ai toujours traîné dans mes valises des 45 tours du Monsieur. Mes filles pour un de mes anniversaires m'ont offert deux 33, made in USA. Disparus dans la nature….Cela mérite bien un petit morceau de Blues. « That's All Right Mama ».

Vous remarquerez le jeu très moderne de la guitare et le rythme très R&B. Ce qui n'a rien à voir pourtant avec la version rockabilly d'Elvis.

 

 

 

 

 

  Lire les 1443 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 06-12-2006 à 11h56

 MEMPHIS MINNIE Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Il ne s’agit pas ici de faire de la musicologie mais de connaître les grands maîtres du blues dans un ordre absolument aléatoire. Puisque dans mon post précédent je parlais de Memphis Minnie, c’est l’occasion d’en parler. Les chanteuses de blues sont nombreuses mais les chanteuses instrumentistes beaucoup moins. Quant aux guitaristes encore moins, à part Rosetta Tharpe et Sister O.M. Terrell, l'exception la plus notable étant Memphis Minnie

 De son vrai nom Lizzie Douglas, elle est née en 1897 à Algiers en Louisiane. Tout commencé à l’age de sept ans lorsqu’on lui donne une guitare qui sera son instrument de prédilection pendant plus de 40 ans. Elle débuta bien entendu dans le Gospel et dans divers orchestres de quartiers tout en chantant le blues dans les Beale Street. Fuyant sa famille à l’âge de 13 ans, elle arrive à Memphis vers 1913, puis à Chicago dans les années 30 et commencera sa carrière professionnelle en trio avec un morceau qui deviendra un standard du blues « Bumble Bee »

En dépit de ses racines et popularité méridionales, elle avait sa place dans le monde du Chicago blues et travailla comme nous l’avons vu avec B.B Bronzy qui la considérait comme la meilleure dans son genre. Elle fut la plus populaire des blueswomen et fut reconnu par ses pairs masculins ce qui est une marque de notoriété. Elle enregistrera pendant plusieurs décennies chez Chicago blues, Columbia, Vocalion, Bluebird, Okeh, Regal, Checker, et J.O.B

Elle trouva ses époux parmi les artistes de blues, Casey Bill Weldon, Joe McCoy, and Ernest Lawlars avec qui elle gravera des duets remarquables, qui puiseront dans la grande palette de la musique noire, allant de la danse jusqu’aux  blues profonds qu’elle composait elle-même et qu’elle interprétait à manière « Moaning »". Elle fut l’une des premiers artistes à jouer de la guitare électrique ce qui ‘secoua’ ses auditeurs et on peut dire d’elle que son chant et son jeu auront des conséquences considérables chez les chanteuses qui lui succéderont. Plusieurs de ses composition seront reprises par Led Zeppelin dans  Bumble Bee, plus tard enregistrée par Muddy Water  sous le titre « Honey Bee », puis « Me and My Chauffeur Blues, et My Baby Don't Want Me No More »

 Elle fut un lien entre le blues rural des années 20, le blues de Chicago plus citadin dans les années 30 et dès 1940 le blues dit électrique. Lizzie a créé son propre monde musical qui deviendra un dénominateur commun dans la majeure partie de la musique d'aujourd'hui. Elle terminera sa carrière dès 1961, et sa vie dans une maison de repos de Memphis en 1973. Elle laissera dans les mémoires une œuvre majeure et des compositions classiques comme «Red Rooster » ou « Black Cat ».

 Presque ignorée en France, j’ai connu cette chanteuse par un 78 tours qui a aujourd’hui disparu de ma collection. Heureusement il y a eu depuis, des rééditions en C.D.

  Lire les 1435 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 12-12-2006 à 16h40

 BIG "MAMA" THORNTON Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

 

Willie Mae (« Big Mama ») Thornton est née en décembre 1926 à Montgomery (Alabama). Comme la plupart des chanteurs et chanteuses de blues, elle a commencé par chanter dans une église, baptiste en l’occurrence. Fille d’un pasteur, elle apprit très jeune à jouer de l’harmonica et de la batterie, instruments très féminins comme on le sait. Dès l’age de 14 elle décida de mener sa propre vie. Elle rejoint Sammy Green's "Hot Harlem Revue" où elle joue pendant 7 ans, et voyage dans le Sud dans les années 40. En1948, au Texas elle passe à la scène d’où elle émergera bien vite car découverte par Don Robey un manager noir de maisons de disques, attiré par sa voix, sa stature (d’où son surnom « Big Mama ») et sa dextérité aux instruments. Il signe un contrat pour la marque Peacock 1951 avec "Partnership Blues ».

Son succès est venu d’ailleurs, de la jeune équipe formé par Jerry Leiber et de Mike Stoller, avec «Hound Dog », classé aux" the Billboard R&B charts.», qu'elle a enregistré en 1953 avec le combo de Johnny Otis. Big Mama Thorton a toujours prétendu avoir écrit la chanson elle-même ce titre enregistré avec le guitariste Peter Lewis. Mystère, mystère car ce morceau enregistré en 1956 par Elvis dans le style R&ll fut un immense succès commercial qui éclipsa la version d’origine. En parfaite imitation d’un rocker local Freddie Bell. De plus, Otis et l'équipe Leiber et Stoller en réclament la paternité. C’est ainsi que de sa vie elle ne touchera que 500$ de droits sur cette chanson !

 Elle continua ses tournées souvent dans l’ombre des bluesmen plus connus. Puis elle retrouvera un peu de notoriétés, après la version de Janis Joplin de son titre "Ball and Chain». A partir de ce moment Mae sera une vedette dans les clubs, festivals et Universités tout le pays et même en Europe. Elle enregistrera encore des albums pour les marques Arhlabides,Mercury, et Vanguard. Dès 1970 elle tomba malade ce qui réduisit ses prestations, et continuera à chanter. Mais l'abus d'alcool aura raison d'elle et elle mourra d'une crise cardiaque en1984 à L.A, pauvre et oubliée. C’est Johnny Otis conduisit son service funèbre. A retenir dans sa discographie :"I Smell a Rat," "Stop Hoppin' on Me," "The Fish," et "Just like a Dog"

 Elle restera, elle aussi, dans la mémoire collective des amateurs de blues et des musiciens eux-mêmes, comme une grande dame. Sa voix puissante est a rangée parmi les "blues mamas» comme Bessie Smith, Memphis Minnie, et Ma Rainey.

Et si on écoutait un extrait de Hound Dog » enregistré « Live » à Monroe States Prison, en 1987 ?

 La prochaine fois, je vous parlerai d’une petite chanteuse inconnue que je viens de découvrir et qui devrait faire son chemin, retenez bien son nom : Billie Holiday, évincée de la Star Ac’. Manque de rythme….

 

  Lire les 1417 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 18-12-2006 à 15h38

  Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

  Lire les 1402 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 21-12-2006 à 18h35

 BILLIE HOLIDAY Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

 Billie Holiday est l'image légendaire de la chanteuse de Jazz et de Blues. Une star. Ses interprétations de grands standards et d'airs moins connu sont uniques. Elle a révolutionné l'art vocal noir américain, avec un phrasé et un swing personnel, comme l'avait fait avant elle Bessie Smith et Ma Rainey, dont elle rendra hommage toute sa vie. Son autre idole restant Louis Armstrong. Sa voix n'était pas exceptionnelle et sa gamme vocale était limitée, mais elle a eu une capacité surnaturelle de respirer la vie dans son interprétation en utilisant des pauses et des syncopes. Elle comptera comme une des meilleurs vocalistes du siècle, l'égale d'Ella Fitzgerald ou de Frank Sinatra chez les hommes. De plus, ses enregistrements seront techniquement impeccables ce qui sera un atout pour sa carrière discographique jusqu'à aujourd'hui.

 Sa vie privée, ses amours déchirantes, ses dépressions, un penchant pour les paradis artificiels les plus durs comme l'alcool et surtout l'héroïne, transparaîtront dans son style, sa voix et dans ses créations. ("Lover Man," "Don't Explain," "Strange Fruit," sa propre composition »

 Eleanora, né Fagan Gough, est née à Baltimore en avril 1915 (1912 pour certains). Son père, Clarence Holiday, était guitariste de jazz et de banjo, jouera plus tard dans l'orchestre de Fletcher Henderson et laissera quimper toute sa petite famille. Elle le rencontrera plus tard par hasard à NY, mais ne l'emploieras jamais comme musicien. Elle fut violée et sa jeune mère qui ne pouvait pas grand-chose l'enverra dans une école catholique. Elle en sort en 1927 et part avec sa mère pour le New Jersey, puis à Brooklyn où elle finira par tapiner. Selon la légende, c'est à concours de chant dans un bouge qu'elle démarrera sa carrière en 1933.

 En réalité, moins romantique, elle débuta dans une pub musicale début 1933. C'est là que John Hammond, producteur de disques, la remarquera, lui fera écrire une chanson qu'il présentera à Benny Goodman. Après l'enregistrement d'une démo aux studios Columbia, il l'intégrera dans son combo et sortira un premier titre le 27 novembre 1933, "Your Mother's Son-In-Law."

 Après une année sabbatique, Billie, début 1935, fait son début au théâtre d'Apollo et apparaît dans un film avec duke Ellington. Pendant la dernière moitié de 1935, elle restera en studio pour quatre sessions. Les bandes seront arrangées par Teddy Wilson, elles contenaient des titres vite oubliés. Pendant la période de la Grand dépression, l'industrie naissante du disque était entièrement destinée à la musique blanche. Pourtant, elle jouera avec de grands noms, Roy Eldridge, Johnny Hodges, Ben Webster et Chu Berry.  "What a Little Moonlight Can Do," "Twenty-Four Hours a Day" et"If You Were Mine" (to say nothing of "Eeny Meeny Miney Mo" and "Yankee Doodle Never Went to Town") qui ne seront jamais des tubes.

 En 1936, elle part en tournée avec Jimmie Lunceford et Fletcher Henderson, puis retourne à New York pour plusieurs autres sessions. Dès janvier 1937, elle a grave plusieurs titres avec un petit groupe, nouvelle découverte de Hammond, Count Basie en combo avec Lester Young (qui la surnomma Lady Day pour son élégance) et Buck Clayton. Au printemps 1937, elle tourne avec Basie comme alter ego de son chanteur masculin, Jimmy Rushing.

Après avoir quitté Count Basie, elle est engagée par Artie Shaw, en 1938, un des premiers exemples d'une femme noire apparaissant dans un orchestre blanc. Ce qui ne plaisait pas à tout le monde, certains notamment dans les radios, critiquant sa manière de chanter. Du coup Bille Holiday laisse tomber la grande scène et se produit dans les clubs qui déjà sont dans l'interracial notamment Café Society, Là, Billie chantera "Strange Fruit." une chanson antiraciste et contre le maccarthysme écrite Lewis Allen dans lequel elle peint un tableau terrifiant des corps noirs lynchés pendant aux branches qui lui donnera un nouvel essor, bien que John Hammond ait refusé de l'enregistrer (non pour sa politique mais pour son langage osé, censure ?). Ce standard fut édité par Commodore mais interdit par beaucoup de radios. Sauf par l'industrie naissante du juke-box.

En 1942 elle enregistre sa composition la plus célèbre « God Bless the Child »  Gabler, qui travaille pour Decca, l'a signée en 1944 pour enregistrer « Lover Man » un autre succès bénéficiant des nouvelles technologies du disques et de sections somptueuses de cordes. C'est pour moi un must. Ce sera ensuite , "'Tain't Nobody's Business If I Do » de Bessie Smith, "Them There Eyes," et "Crazy He Calls Me."

En 1947 elle a été arrêtée pour possession d'héroïne et condamnée à 18 mois dans un centre d'éducation surveillée fédéral. Privée du droit de se produire dans les cabarets, elle continuera à chanter pour Decca jusqu'en 1950. Deux ans après elle rencontre  Norman Granz et travaillera alors pour Verve. Notamment avec Oscar Peterson, Harry Edison et Charlie Shavers.

 Sa tournée en Europe en 1954 la consacra comme une grande de la chanson afro-américaine. En 1957 elle apparaît à la télévision sur CBS avec ses anciens compagnons de route. Sa voix est devenue plus rauque et prenante. Elle fera deux dernières apparitions en Europe en 1959, toujours sous héroïne, avant de s'effondrer en mai 1959, malade du cœur et du foie. Elle décédera en juillet de la même année.

Grâce à sa légende elle est aujourd'hui plus connue dans monde que durant sa vie. Dans un film « Lady Sings the Blues » datant de 1972 Diana Ross jouera son rôle.

 Pour ma part, c'est surtout une chenteuse de Jazz,je trimballe avec moi de précieuses galettes où elle chante le blues roots comme à ses débuts.

Et son l'écoutait cette dame. Puisque nous sommes dans le Blues. Alons-z-y.

Saint Louis Blues.

Et en plus une vidéo de Strange Fruit. C'est pas beau le progrès ?

  Lire les 1235 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 21-12-2006 à 18h36


|<< <<<  7   8   9   10   11  | 12 |  13   14   15   16   17   18  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-01-2006 à 17h45 | Mis à jour le 01-07-2015 à 17h43 | Note : 6.65/10