Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

TUTTI
tutti

TOUTE MA MUSIQUE BLACK.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- TINA TURNER
- QUIZ.2
- JAZZ WOMEN
- QUIZZ MUSICAL WHO IS
- LUTHER ALLISSON
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- PAUL 'Sir Raggedy' FLAGG
- TINA TURNER
- WILD BILL MOORE
- BRENTON WOOD
- CHARLIE PARKER

BLOGS FAVORIS
1.Tutti
Ajouter tutti à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- film streaming
 MEMPHIS SLIM Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 Un petit clin d’œil à BH59.*

 Nous entrons il est vrai doucement vers une autre forme de black music. Mais la frontière n’est pas si simple à observer, le R&B est le rejeton d’une multitude de pères et de sources. J’ai commencé ce blog, certes en premier par Little Richard, mais expliqué déja pourquoi nous en érions arrivé là. Jazz, Boogie, blues, gospel, un merveilleux mélange. Les instruments sont primordiaux dans cette catégorie principalement le piano, mais également la guitare, ces deux instruments n’étant  destinés à l’origine à l’accompagnement. Que de chemin parcouru pour en arriver aux grands pianistes de jazz, de blues, de boogie, puis de R&B. Le même chemin pour en parvenir à un Jimi ou Mac Laughlin. Sans oublier tous les guitares heros.

 Memphis Slim est un des maîtres du piano blues, du Chicago blues dont il a été l'un des parrains, dans un style que l’on pourrait appeler blues & Boogie. Tout comme Sidney Bechet il adore la France et ira jusqu’à y habiter et se produire depuis 1962. C’est à Paris que j’ai pu voir et entendre ce pianiste d’un élégant talent, que les pros de la musicologie ignorent trop souvent. (A moitié français….). Il aura tout de même enregistré une vingtaine d'albums sous son nom, et aura participé comme accompagnateur sur plus de 500 disques, dont certains standards. C'est dans les années 60 et 70 en Europe qu'il a signé ses plus beaux titres.

 Memphis Slim plus connu sous le nom de John Peter Chatman est né en 1915 à Memphis. Voilà pourquoi. Son premier pseudonyme est Peter Chatman qui est en fait le nom de son père. Toutes ses compositions sont signées ainsi. Il prendra le nom de Memphis Slim beaucoup plus tard.

Au lieu d'imiter son idole, Roosevelt Sykes, il trouvera un style propre en accompagnant Big Bill Bronzy dans son orchestre. Vers la fin des années 30, il rejoint Chicago et  commence à enregistrer en tant que chef de studio.Puis en 1939 pour Okeh. En 1947, avec un combo très swing, il enregistre son premier succès «Lend Me Your Love" et "Rockin' the House.. L'année suivante ce sera «Nobody Loves Mei» (Plus connu par les reprises de  Lowell Fulson, Joe Williams. Et BB King dans un grand classique « Everyday I Have the Blues"  dont il est le créateur et l’auteur. Puis ce sera «Mother Earth. et enfin "Messin' Around (With the Blues)."

 Chicago 1952/1954. C'était une période particulièrement fertile pour ce pianiste et chanteur. Il a recruté un excellent guitariste permanent dans son combo, Murphy qui contribue à donner une couleur aux morceaux de Slim comme  «Sassy Mae » et "Memphis Slim U.S.A." En 1961, Il part avec Willie Dixon en tournée en Europe et restera en France en 62, où il rencontre un certains succès. Nouvelle carrière, certes un peu pépère, mais très cool. Il meurt à Paris en 1988.

 Je vous propose « Rockin The House », une composition de Frazier, un enregistrement un peu plus récent.

Il faudra bien que je parle de Gathemouth Brown. Puis pour ne pas perdre le nord, revenir sur un autre grand du R&B, Percy Mayfield.

En attendant mon prochain billet je vais écouter Rika Zaraï et Mireille Mathieu, pour me détendre un peu. !!!

  Lire les 1507 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 09-11-2006 à 18h22

 SISTER ROSETTA THARPE Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 

De son vrai nom, Willie Mae Ford Smith, Sister Rosetta Tharpe est née en 1921 dans l'Arkansas, elle était la fille de Bell Nubin, un travelin-Man et shouter dans la tradition classique du gospel * Enfant prodige de la guitare dès l'age de six ans, elle interprète déjà quelques chansons.

La famille émigra à Chicago et Rosetta continua sa carrière.  Avec sa voix au vibrato singulier et son jeu de guitare emprunté au blues rural, elle signe avec Decca en 1938, Tharpe est devenu une vedette locale. Ses premiers disques avec Thomas A. Dorsey's "Rock Me" et "This Train furent des coups de tonnerre dans le quartier. Elle chanta alors avec le grand Cab Calloway et l'orchestre de Benny Goodman. Une paille ! Avec Lucky Millinder en 41 /42 nous notons : « Trouble in Mind," "Shout, Sister, Shout," et "That's All » En 1944 elle enregistre avec Sammy Price un boogie-woogie « Strange Things Happening Every Day » Plus tard ce sera « were smash hits » et « Didn't It Rain » et "Down by the Riverside." avec the Golden Gate Quartet.

 Elle a mené une existence presque schizophrène, restant dans le domaine du gospel en enregistrant «"Precious Lord," (repris par son copain Little Richard), «"Beams of Heaven" et "End of My Journey» tandis qu'elle enregistrait des morceaux qui devaient plaire aux jeunes gens notamment blancs, titres qu'elle prenait du gospel song.

 Sister Rosetta Tharpe est largement acclamé parmi les plus grands chanteurs de Spiritual de sa génération. Une interprète flamboyante dont la musique a souvent flirté avec les le blues et le swing en passant pas le R&Blues, elle fut pour cela controversée pour les puristes, beaucoup de puristes ont pris l'incursion de Tharpe dans le show-bizz comme affront personnel. En effet elle jouera dans des boites de nuits et sur les scènes du Show-Biz répertoire Spiritual et qu'elle réarrangeait « pas il pluie » et « vers le bas par la rive. » Elle fut à l'avant-garde de la communion des sources de la musique noire telle que nous la connaissons aujourd'hui.

 Pendant la deuxième guerre mondiale, Tharpe était si populaire qu'elle ait été l'une des chanteuses de Gospel à enregistrer pour les GI's, les fameux V-Disques. Ce qui ne doit pas nous faire oublier la plus grande « Dame » du Gospel, a mon avis, Mahalia Jackson.

 En 1946 elle travailla avec une autre grande dame Marie Knight, elle aussi une shouteuse dont le style collait très bien avec celui de Rosetta. Un de leur duo  «Up Above My Head » fut un succès, notamment dans la communauté noires donc religieuse. C'est le morceau que vous propose d'écouter.

 

Tharpe est resté en premier lieu un artiste de Spiritual, bien que sa crédibilité et sa popularité aient été sérieusement endommagées dans les milieux religieux : Moralité ses ventes s'affaissent et les contrats disparaissent (Decca). Elle cherchera un autre public sur Mercury et en tournée en Europe et ce pendant une année. Elle tentera un retour dans les années 60 aux USA et retrouva une audience petit à petit. Au point d'apparaître à l'Apollo à côté  de the Caravans et de James Cleveland. Elle fut l'une des seules stars du Gospel à paraître au Billboard's race records Top Ten. Elle a influencé de nombreux musiciens, y compris Bob Dylan, Little Richard, Elvis Presley, (qui enregistra de ses chansons) Johnny Cash.

 Elle ne retrouvera pas sa popularité malgré une tournée en 1970. En 2003, un album, en son hommage a été enregistré, avec des versions de ses chansons exécutées par des artistes féminins comprenant par exemple Odetta. 

 Elle meure à Philadelphie le 9 octobre 1973.

 *La distinction d'origine est que le Négro spirital ne reprend que des textes de la bible, alors le Gospel parle de Dieu mais dans ses rapports avec les hommes. L'un est d'origine catholique et l'autre du Baptisme culte protestant, par exemple.

 

  Lire les 1459 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 15-11-2006 à 17h04

 PERCY MAYFIELD Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

Percy Mayfield est à la croisée des chemins entre le blues et le R&B. Compositeur interprète, parolier,arrangeur, pianiste de blues américain, a fait dans le registre texte dans le poétique, écrivant ses perspectives personnelles et introspectives sur la vie et l'amour, ce qui ce faisait peu à l’époque et encore maintenant. C’est un nom majeur de l'histoire de la musique populaire noire

Les lyriques sont empreints de spleen et d’une certaine tristesse, pathétique. («Life Is Suicide" ," et "The River's «Strange Things Happen sont deux exemples typiques).

Il est né le12 août 1920 à Minden, Louisiane en août de 1920.

Comme plusieurs de ses contemporains d'après-guerre, il a débuté dans le Texas avant de regagner Los Angeles. «Two Years of Torture « , sa composition sera interprété par Jimmy Witherspoon, mais les producteurs préféreront sa propre version plus jazzy qu’il enregistrera en 1947.Il excelle dans la ballade et c’est dans ce style que le succès lui apparu avec comme  N° 1 dans les charts en 1950. C’est un subtil baryton qui abaisse curieusement les notes, répète fréquemment la dernière ligne du couplet comme dans  « "Please Send Me Someone to Love ». Suivront « Strange Things Happening». «"Cry Baby,» et "Big Question » dans le nouveau format 45 t/mn.

Un terrible accident en 1952 l’a défiguré, un handicap dans la profession du show biz qu’il a ensuite géré. Ray CHarles le considérait comme un « Grand » et il gravera les célèbres "Hit the Road Jack" et "At the Club." Après aider Percy en le prenant sans sa propre marque Tangerine distribuée par ABC Paramount.

 

Il signera chez Specialty en 1954, et Chess dans les deux années suivantes, puis Imperial en 1959, toujours des ballades. Au cours des 5 années suivantes, le chanteur a crée une série de ballades inexorablement « Chic » notamment  «My Jug and I ma en 1964 et «Give Me Time to Explain » l'année suivante.

 

Ce Vétéran du R&B, a cotoyé et joué avec les plus grands, dans le désordre :

Jackie Wilson  Floyd Dixon, Roy The Brown, the Five royales, Joe Tex, The Ravens, The Moonglows Jimmy Witherspoon, Wynonie Harris et Billy "The Kid" Emerson

 

Percy a persisté dans les années 70 pour RCA et Atlantic jusqu’à sa mort en 1984.

 

Peu connu en France par le grand public c’est une sommité du Blues que les professionnels n’oublient jamais de mentionner. Je vous propose d’écouter « Are You Our There » enregistré d&ns vers la fin des années 40.

Bientôt je l’espéré je vais récupérer mon disque de Joe Liggins, lui aussi à la croisée des chemins des musiques noires américaines. Avant de plonger dans le monde du Blues classiques. Il y a du boulot et je ne sais pas par qui commencer. Ceux que je préfère ? Par chronologie ? Par notoriété. ? On verra.

 

 

   

 

 

  Lire les 1479 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 21-11-2006 à 18h05

 LOUIS PRIMA Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

 

Avant de remonter aux sources, il faut faire un petit tour d’horizon sur la black music dans son ensemble. C’est pourquoi il faut citer Louis Prima qui était un showman type. Son style est un chant fort, brillant et dansant. C’est le but de ce style dont Louis Jordan est le maître incontesté. C’est, là aussi un mélange de blues, R&B, jazz et musique de variété dont l'un des titres titre phare est « Angelina » un tube italiano-américain. Par contre  Louis Prima a fait un titre mondial et génial encore aujourd’hui « ''Just a Gigolo''» Pour la petite histoire, en studio il enregistre à la suite « Ain’t a got Nobody …. Car il restait du tyemps pour enregistrer, et aujourd’hui toutes les reprises de ce titre comportent la même spécificité. Or il s’agit bien de deux morceaux. Par la suite il a enregistré plus de 70 titres à New York pour différentes maisons de disques de 1934-39, c’est dire sa popularité.

 Il est né le 7 décembre 1910 à la Nouvelle-Orléans de parents immigrés italiens. Enfant il a étudié le violon, ensuite vers ses 14 ans il apprend la trompette qui sera son instrument de prédilection et trimballera son vieil instrument sur les routes notamment avec Red Nichols. Dans les années 20, il deviendra professionnel à l’instar de Louis Armstrong, sont idole dont il prendra d’ailleurs les intonations et le phrasé.

En 1934 il émigre a New York où, au début il a barouda pour trouver le travail. Bientôt il intégrera un orchestre de New Orleans, style très répandu à cette époque dans la population noire des Etats du Sud. Le groupe devint rapidement populaire, enregistrant pour plusieurs Majors au cours des années suivantes. En dépit de ce succès, il est resté relativement inconnu au grand public ; il a pourtant crée en tant que compositeur '' 'Sing, Sing, Sing’ » un succès que Benny Goodman a repris sous le titre ''Swing, Swing, Swing vers la fin des années 30. En 1939 il forme son propre groupe. Connu en tant qu'orchestre de rythme de danse cette foi-ci, période ou il enregistre le fameux ‘‘ Angelina, '' en1944.. D'autres chansons populaires écrites ou exécutées par Prima pendant les années 40 sont ''Bell Bottom Trousers » et ''Robin Hood » que chantera  Les Brown 1945.

 En 1948 il engage Dorothy Keely 16 ans comme remplacante de sa chanteuse attitrée avec laquelle il joue et chante son titre fétiche, "Down Yonder In New, ainsi que 'Jump, Jive, and Wail ». Louis Prima, un peu gueulard trouve ainsi un autre registre plus romantique. Le duo restera célèbre d’autant plus qu’il épousera celle qui se nommera doprénavant Keely Smith. En 1950 il laisse tombé son orchestre pour se produire dans les boites de nuit, notamment à Las Vegas, où une grande carrière s’annonçe pour lui dès 1954. Un nouvel orchestre est né et se produit à l'hôtel du Sahara. Il obtiendra  un grand succès qui lui permet de se produire à la télévision et dans des films. C’est maintenant une grande vedette de variété, il signe avec Capitol pour enregistrer « A Just Gigolo » et ''Oh, Marie »  En 1958 lui et Smith gagne un Grammy pour leur interprétation de '' 'That Old Black Magic'.  Qu’il présente dans son tour de chant à l’Hôtel du Désert, où il conforte sa popularité et qui lui amène de fabuleux contrats. La même année il chante 'Buona Sera' et c’est un tube.

Son divorce ne lui amènera que des ennuis, notamment dans une vaseuse histoire de rupture de contrats ; il perd sur les deux tableaux. Retiré du monde musical, il a enregistré un dernier album pour Capitol en 1962. En 1967 Prima a essayé  de surmonter le coup en enregistrant « When The Saints go Twistin’ » sur l’air « When The Saint’s Go Marchin’ In »

 En 1967, il signe avec Disney où il prend le rôle chanté du fameux «King Louis », pour le doublage musical dans le « Livre de Jungle », un énorme succès qui lui maintient la tête hors de l’eau et pour lequel il obtiendra un disque d'or.

 En 1975 il subit une opération chirurgicale destinée à lui ôter une tumeur au cerveau. Pendant l'opération il est tombé dans un coma et n'a jamais repris conscience. Louis Prima est décédé en 1978.

 La carrière de ce grand nom de la musique populaire des Etats-Unis s’est orientée vers la variété mais il ne faut pas oublier qu’il était à ses débuts un jazzman. Son incursion dans le domaine du blues est plus anecdotique.

Aujourd'hui un extrait presque complet de "hey ! Ba! Ba! Re Bop" , le tube de Lionel Hampton qui m'initia, entre-autre, à cette musique.

 

 

  Lire les 1476 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 28-11-2006 à 16h19

 JOE LIGGINS Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 

 Le terme rhythm and blues fut introduit en 1949 par Jerry Wexler, futur producteur de la firme Atlantic Records. Il remplacera peu à peu l'expression race music, trop péjorative. Ce style de musique a été petit à petit utilisé pour décrire tout type de musique contemporaine populaire parmi la population afro-américaine. Bien que réutilisé depuis la fin des années 1990 en Europe (et notamment en France, ce qui n’a rien à voir, ce R&B ce truc commercial est au R&B ce qu’est le skaï au cuir)

 À ses débuts, le R&B, prédécesseur du R&Roll était essentiellement noir fortement influencé par le jazz, le boogie, le blues, la jump music, et surtout le gospel. Les années 1940 marquent la charnière entre le jazz et le rhythm'n'blues : le saxophone et le piano seront alors les instruments rois de ce genre musical.

 Le terme deviendra soul, funk, disco, mais le genre fut une des influences majeures de nombreux jeunes musiciens britanniques formant les groupes qui renouvelèrent le rock, les Rolling Stones et les Who par exemple. Le R&B, notamment dans sa version New- Orleans, eut aussi une influence majeure en Jamaïque où les musiciens locaux en firent la base de ce qui deviendra le ska. J’en parlerais plus tard

 Comme nous sommes au confluent de tous ces styles, il est indispensable de parler de Joe Liggins qui fut un des sorciers qui donna naissance au R&B. Ce grand monsieur est presque inconnu du grand public en France. J’avais un vinyle qui craquait un max et j’ai trouvé sur Internet un CD remasterisé (5 €). On dirait un enregistrement récent tant la technique est évoluée. Y sont forts ces ricains !

 Né en 1915 à Guthrie, Oklahoma, Liggins, pianiste, chanteur et arrangeur, émigre à San Diego en 1932. A Los Angeles, en 1939, il tourne avec plusieurs formations notamment « California Rhythm Rascals » avec laquelle il enregistre « Honeydripper » en 1945, (mécontent du résultat il arrange lui-même la bande). Un tube qui a plafonné dans les Hits parades vers la fin des années 40, début 50. Et «"Pink Champagne cinq ans après. Ensuite ce sera «Got a Right to Cry », « Tanya » avec Earl Hooker (le frère de l'autre) «Little Joe's Boogie » et «Frankie Lee

 En 1950, Joe embauche son Jimmy de frère, qui travaille pour Specialty. Il subira ensuite le sort de beaucoup de ses confrères devant la montée en force du R&R’, noir ou blanc.

Bien que ce genre de musique soit redevenu à la mode, il n’a mené qu’un petit orchestre jusqu'à sa mort en 1987 à Lynwood, Californie.

Je vous propose d’écouter  « Pink Champagne » Ce n’est plus du blues ni du jazz mais……çà swingue.
                                          


                                            oooOOOooo

Il me faut maintenant tourner la page du Rythm & Blues. Les puristes me reprocherons tel ou tel oubli, comme les grandes productions Tamla, Smokey Robinson par exemple et tant d’autres. Mais j’aime moins cette période et bon ! je ne fais pas ici de l’histoire de la musique.

 

N.B. Si j’ai une remontée de R&B, par contre je n’hésiterai pas à en parler. On n’est pas à l’école tout de même !

 

  Lire les 1547 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 05-12-2006 à 09h50


|<< <<<  6   7   8   9   10  | 11 |  12   13   14   15   16   17  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-01-2006 à 17h45 | Mis à jour le 01-07-2015 à 17h43 | Note : 6.65/10