Logo Allmyblog
Logo Allmyblog
Lien de l'article    

TUTTI
tutti

TOUTE MA MUSIQUE BLACK.
Contacter l'auteur de ce blog

5 DERNIERS ARTICLES
- TINA TURNER
- QUIZ.2
- JAZZ WOMEN
- QUIZZ MUSICAL WHO IS
- LUTHER ALLISSON
Sommaire

5 DERNIERS ARTICLES COMMENTES
- BRENTON WOOD
- TINA TURNER
- JAMES BROWN IS DEAD
- BRENTON WOOD
- CHARLIE PARKER

BLOGS FAVORIS
1.Tutti
Ajouter tutti à vos favoris

LIENS FAVORIS
- denver limousine
- film streaming
 BROOK BENTON Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

Lorsque ma première fille est née j'avais une chanson de ce monsieur en tête. C'est dire combien ce crooner noir m'est cher. Pour son talent et pour le souvenir. J'étais tellement stressé que j'ai appelé les pompiers au lieu de l'ambulance. Don't say now.

Benjamin Franklin Peay Birthplace est né en 1931 en Caroline du Sud et est décédé d'une méningite en 1988. Chanteur lui aussi de gospel, il débute avec Okeh en 1953, mais sa carrière n'a vraiment commencé qu'avec la collaboration de Clyde Otis, un autre grand R&B peu connu en France. Benton à co-écrit et chanté des centaines de démos pour d'autres artistes avant que Otis ne le signe chez Mercury. Il écrira ensuite pour Nat King Cole notamment, puis et il enregistrera des standards de R&b, aux " vocals" intimes , saturée de violons. "The Glory of love" par exemple.
Les '60s' furent une période prolifique pour Benton : entre 1959 et 1974 il placera 23 titres dans les hits parades, surtout après son interprétation d'un morceau Tony Joe White " Rainight in Georgia" qui lui assura une renommée mondiale. Son duo avec Dinah Washington fut un succès international. Face à la montée fulgurante du disco il tenta de s'y fondre sans grands résultats. Il terminera sa vie en chantant ses amours premières le Gospel.
Basse, il fut surnommé monsieur "huit Octaves" à l'instar de son alter ego Johnny Mathis, chouchou du public, dans le registre alto Il suffit d'écouter la voix phénoménale de Brook Benton, artiste trop méconnu, et se laisser bercer par son swing discret mais d'une efficacité qui oblige l'auditeur a claquer des doigts
Kiddio.

  Lire les 1449 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 08-03-2006 à 16h10

 JOHNNY MATHIS Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir


John Royce Mathis est né en 1935, à Gilmer, ‘Texas". Quatrième de 7 enfants il vécut et grandira à San Francisco. Comme la plupart des chanteurs et crooners que je cite dans ce blog, il a chanté à l'église, partout dans  San Francisco où il devint une petite célébrité comme basketteur. Il voulut devenir enseignant de sport et il faillit être professionnel. C'est à ce moment là qu'il rencontra  Helen Noga qui décida de contrôler sa  carrière dans la  musique et le fera connaître à George Avakian  en 1955 propriétaire du club d'Ann Dee 440, gros ponte qui le dirigera vers la firme Colombia ou il enregistrera son premier album en 1956.
.Son premier album était plutôt jazzy,  il est accompagné par du beau monde Gil Evans, John Lewis de jazz et Teo Macero ne fut pas un succès. On y trouve "Angel Eyes", "Easy to Love" et "Babalu" Plus tard  "Wonderful. Wonderful " et ""It's Not For Me To Say" deviendront des succès phénoménaux après être rentré au classement du Bilboard. Il enregistre avec Deniece Williams "on Too Much, Too Little, Too Late" Tout comme le formidable "Chances Are" un simple. Tandis que la composition d'Erroll Garner "Misty" rentrera dans l'histoire de cette musique
La longévité incroyable de la popularité Johnny Mathis, est très rare dans l'histoire récente de la musique noire américaine. La tessiture de sa voix de ténor léger est composée de 7 octaves, comme, Brook Benton dans la gamme basse, est unique effectivement par son velouté. A la limite de la mondanité il est universellement connu surtout en France. C'est un des rares artistes qui affichera son homosexualité ce qui n'affectera en rien sa carrière.
J'ai connu cet artiste dans les années 1960 avec un 45 tours dont voici ma préférée. Attention, il ne s'agit pas ici de R&R débridé, mais plutôt d'une ballade. "Very Much In Love".Une très grande voix..


  Lire les 1598 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 14-03-2006 à 16h18

 CAB CALLOWAY Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

   
Cab Calloway est né le jour de Noël 1907 à Rochester (New York), il décède le 18 novembre 1994 à Hockessin (Delaware).. Après avoir grandi à Baltimore, sa famille et lui déménagent à Chicago, où il étudie le Piano au collège Crane. Mais, c'est finalement la batterie qui devient son instrument de prédilection. Au début des années 20 il deviendra le leader de l'orchestre Marion Hardy's Alabamians et qu'il connaîtra ses premiers succès à New York, notamment. Il se produit en solo dans la Revue Hot Chocolate et rencontre un autre orchestre, les Missourians, qui deviendra l'Orchestre officiel de Cab Calloway.
Engagé au Cotton Club, il y crée « Minnie the Moocha ». mais, c'est à cause d'un trou au milieu de la chanson qu'il remplace une part des paroles par du scat. le public étant enthousiaste, le "Hi-dee-ho" est né. Très talentueux, il est à l'affiche du Savoy de Harlem dès l'âge de 22 ans, puis succède à Duke Ellington au célèbre club de jazz «Cotton Club». Entouré notamment de Dizzy Gillespie, * il composera et interprétera divers succès musicaux de premier ordre qui contribueront au développement de la vague bebop ainsi que du mouvement «Zazou» en France, le terme «zazou» étant inspiré d'une onomatopée de Calloway : «Za-Zu-Za». Excellent danseur, il développera un style scénique et vocal très excentrique, avec des pas originaux . Il s’illustrera avec sa tenue « zoo suit" , que lui emprunterra plus tard Kid Créole.

Le plus célèbre de ses morceaux est bien entendu  Minnie the Moocher, dont le lyrique était rempli des références voilées aux drogues, enregistré en mars 1931 avec « Kickin' The Gong Around", une expression qui signifie l’utilisation de l’Opium.
Arrêté il fut libéré en octobre la même année.
Il fut l’une des vedettes principales du film, devenu culte, « Les Blues Brothers, et s’éteindra en novembre 1994.

Je vous propose d’écouter une plage enregistrée avant la guerre (de 40 pas celle de 14) qui image bien la recherche d’allier le jazz à une expression plus populaire.
Une pierre dans l’édifice de la musique noir-américaine qui dans une de ses dépendances nous rouverons le R’n’Roll. Attention il n’y pas de stéréo, ça gratte un peu, mais c’est historique.
Vous remarquerez que je n’emprunte pas une description linéaire de l’histoire de cette musique noire. Il y a trop de sources et je ne suis pas musicologue. Pourtant, il faudra « revenir » un peu sur le début de ce blog. Nous parlerons en faisant peut-être d’autres détours, des «pères » du Rock, tel qu’il est présent dans la mémoire populaire : Fats Domino, Chuck Berry, par exemple, avant d’aborder d’autres sources et d’autres origines. Sans oublier de pénétrer dans le monde actuel de cette musique qui englobe le reggae autre exemple, ainsi que les origines africaines et sud-américaines. Sans oublier le jazz. J’aurai fini en 2074 ……au moins et j’en aurai oubliés.


* Nous rencontrons dans son entourage proche les noms de Jonah Jones, Ben Webster, Cozy Cole.
 

  Lire les 1544 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 20-03-2006 à 11h26

 Un talent gâché JACKIE WILSON Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

   
Jackie Wilson, de son vrai nom Jack Leroy Wilson est né le 9 juin 1934 à Detroi. Il se fait connaître en 1953, alors qu'il remplace Clyde McPhatter, au sein de Billy Ward & the Dominoes, un groupe vocal doo woop où il est à la fois chanteur et producteur. Il traversera les années 1950, avec de nombreux succès. Les années 1960 vont être encore plus prolifiques. Il va quasiment sortir un album tous les ans et ce, dans les quatre coins des USA

Jackie Wilson a été l'un des plus importants artistes noirs américains. Il a fait la transition entre le Rhythm and Blues et la Soul, au cours des années 50, 60 et 70. Le pétillant "Reet Petite" est l'un de ses titres les plus connus. Il fut l'un des agents les plus importants de la transition du son noir du R&b et du Soul vers le rock. Ce puissant ténor au swing percutant, fut moins connu que ses confrères,  James Brown, Sam Coke, Gene Chandler, Major Lance, et Jerry Butler car il a été happé par les Majors justement pour les concurrencer et qui s'empressèrent de le mettre sur le marché avec des moyens techniques et arrangements qui n'étaient pas à la mesure de son talent Elvis Presley était un de ceux qui a été puissamment impressionné par Wilson dans le milieu des années 50.…
.En 1975, sur la scène du Latin Casino dans le New Jersey, il est victime d'une attaque cardiaque de laquelle il ne se relève pas. Tombé dans le coma, avec d'énormes séquelles au cerveau, il meurt le 21 janvier 1984.
Ces principaux succès :
Sixty Minute Man (1951), Have Mercy Baby (1952) le premier morceau ou apparait le mot rock and roll, Reet Petite (1957), Lonely Teardrops (1958), and A Woman A Lover A Friend (1960), in I Just Can't Help It,"Baby Workout (1963)*, Shake Shake Shake etYeah Yeah Yeah.(1967)

* que je ne trouve pas sur internet

  Lire les 1438 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 23-03-2006 à 16h51

 FATS DOMINO Alerter l'administrateur Recommander à un ami Lien de l'article 
Cliquer pour agrandir

FATS DOMINO

L'homme aux mille paires de chaussures.

Je connaissait à peine ma future ex-femme qu'elle m'offrit un 33 tours de Fats Domino. Dans un disquaire du coté de la Nation, là où aujourd'hui les étudiants jouent aux cow-boys avec les Shérifs du coin. Ce cadeau je n'en connais plus le but, mes 21 ans peut-être. Cela fait donc plus de quarante ans que j'écoute ce bon gros Domino
Antoine Domino est né à.New Orleans, en  Louisiana, USA, le 26 février 1928.Cet excellent pianiste avait c Alber Ammons un sommité dans le genre boogie woogie, Meade Lux Lewis et Little Willie Littlefield, du beau linge.Francophone de naissance. Il connaît son premier succès en 1949 avec 'Hey La Bas'. Puis se succèdent 'The Fat Man', 'Goin' Home', 'I'm Walkin''...

Son premier succés "The Fat man" date de 1949 et rentrera dans le charts. Son parolier et arrangeur est Dave Bartholomew, qui emmenera cette alliance au plus haut sommet du R&B. Sa maison de disque fut esssentiellement IMPERIAL, avant qu'il ne passe chez ABC Paramount en 1963, puis plus tard chez Mercury où oeuvre Jerry Lee Lewis, Reprise et Sonet. C'est lui qui tient le piano dans Lawdy miss clawdy de Lloyd Price's, un copain de Little Richard. Dans la période 1949-1960 il vendra 23 millions de disques ce qui le plaçait il y peu de temps encore parmi les plus gros vendeur des disques du monde
Comme tous les pionniers du rock n'roll, il glissera peu à peu, pour quelques dollars de plus, vers le style crooner, ce qui lui vaudra une gloire mondiale avec 'Blueberry Hills' (1956).

Voici donc un titre de fats Domino."Blue Monday"

  Lire les 1481 commentaires | Ecrire un nouveau commentaire Posté le 30-03-2006 à 18h02


|<< <<<  1   2   3   4  | 5 |  6   7   8   9   10   11   12  >>> >>|


SYNDICATION
 
Fil RSS 2.0
Ajouter à NetVibes
Ajouter à Google
Ajouter à Yahoo
Ajouter à Bloglines
Ajouter à Technorati
http://www.wikio.fr
 

Allzic en direct

Liens Commerciaux
L'information à Lyon
Retrouvez toute l'actu lyonnaise 24/24h 7/7j !


L'information à Annecy
Retrouvez toute l'actu d'Annecy 24/24h 7/7j !


L'information à Grenoble
Retrouvez toute l'actu de Grenoble 24/24h 7/7j !


Application Restaurant
Restaurateurs, demandez un devis pour votre application iPhone


Fete des Lumières
Fête des lumières : vente de luminaires, lampes, ampoules, etc.

Votre publicité ici ?
  Blog créé le 11-01-2006 à 17h45 | Mis à jour le 01-07-2015 à 17h43 | Note : 6.65/10